Les Verts Terrils

we raquettes 7 et 8 mars 2020

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Nous voilà dans le Champsaur pour un week-end qui s'annonce beau. Peu de neige à Saint-Bonnet mais un peu plus là où nous irons et des sommets immaculés.

SAMEDI

Nous nous retrouvons au rendez-vous habituel, il fait froid à dix heures du matin mais le soleil est prometteur. Nous amenons nos véhicules au départ de la rando,

sur la petite route de La Motte en Champsaur, pendons nos raquettes aux sacs à dos, plantons nos bâtons dans une terre humide et froide et c'est parti ! Le sentier forestier est encombré par moments par une neige dure qui craque sous les chaussures. Face à nous, le pic de l'Aiguille domine fièrement la vallée du Drac de ses 2143m.P1160140 - Copie Nous arrivons sur la piste enneigée qui mène au hameau des Infournas Hauts à 1363m, appellation latine Villa Fornax (four à chaux) au 11eS. Le village est dominé par les pentes inhospitalières du Cuchon et du Queyron. Nous devons enfourcher nos raquettes, la neige est belle et bonne. Encore une bonne heure de marche avant d'arriver à la maison forestière de Subeyrannes, bâtiment sans porte ni fenêtre mais avec un foyer, et qui offre un abri en cas de mauvais temps. Pour nous, aujourd'hui ce ne sera pas nécessaire, nous sortons la table de pique-nique devant la bâtisse afin de profiter du soleil. Un petit vent... (frais, pas froid nous dit Bernard!) ce qu'ils appellent ici la bise, qui n 'est autre que notre mistral, nous force à couvrir nos oreilles. La soupe chaude est la bienvenue. Petit temps de repos avec les friandises et nous repartons.P1160152 - Copie

La large piste forestière est agréable, la neige excellente. Les plus courageux coupent à travers bois pour une grimpette supplémentaire, chacun trouve son plaisir là où il veut... ! Nous traçons nos rails sous les immenses mélèzes chargés de poudreuse jusqu'à un point de vue. Nous trouvons des traces de pattes de loup. Le patron du gîte nous dit le soir qu'il y en a cinq dans le coin. Tout le Champsaur s'étend à nos pieds. Derrière la chaîne de montagne, c'est le Devoluy. Entre les deux, nous avons déjà arpenté pas mal de sentiers magnifiques. « Mon dieu, que la montagne est belle » dirait Jean Ferrat... Le lac de Barbeyroux apparaît bientôt, les plus pressés se régalent à descendre directement en chassant la neige vierge par dessus leurs raquettes, pendant que d'autres, moins fougueux, les rejoignent par le sentier. Le lac est gelé sur toute sa surface, mais moins enneigé qu'une certaine année où nous l'avions longé longuement sur le retour. Nous revenons vers les Infournas Bas à 1245m par la piste moitié boueuse moitié glacée.P1160166 - CopieP1160173 - Copie Le vent froid ne nous a guère lâchés, sauf dans quelques versants plus abrités. Nous avons rarement quitté les doudounes. Nous arrivons au hameau où la mairie sert d'école. La fontaine et son lavoir sont les bienvenus, nous lrinçons les raquettes et repartons par la route retrouver nos voitures.
Là, une surprise attend le groupe. Nous avons un anniversaire à souhaiter et profitons des derniers rayons de soleil pour trinquer à la santé de Karine et manger le délicieux gâteau que Chantal a préparé avec amour... Nous avons tous hâte d'une bonne douche et d'un moment de repos avant le repas.

Et quel repas !!! Julien est un excellent cuisinier, faut pas le nier... Le velouté de carottes aux épices, le tiramisù aux lentilles (eh oui... ça existe et je vous en dis des nouvelles!) le bœuf au miel et les desserts maison, tout le monde est d'accord pour applaudir et féliciter ce chef hors pair qui reste discrètement dans sa cuisine.

Nous sommes prêts pour un gros dodo avant de repartir le lendemain pour de nouvelles aventures.

DIMANCHE

Le petit déjeuner ayant été aussi réussi que le dîner de la veille, tout le monde a la pêche...
Nous retrouvons Guy et Cathy à la Coche, petit hameau au-dessus de Pont du Fossé. C'est un plaisir qu'ils viennent avec nous passer la journée.
Le sentier est plus enneigé que celui de la veille, les toits des maisons sont bordés de stalactites givrés.P1160190 - Copie Nous sommes plus haut en altitude et pourtant, sans le vent, le froid semble moins vif. Le Palastre s'élève devant nous, des souvenirs ressurgissent... Nous montons régulièrement dans la forêt, reprenons notre souffle de temps en temps. Comme la veille, nous reconnaissons des traces de loup. Bientôt nous arrivons sur un plateau immaculé avec vue à 360°, une merveille. De Champoléon à Orcières, toute la vallée du Drac et jusqu'au Devoluy. Nous allons jusqu'à la croix de Sullite prendre notre repas. Nous sommes au balcon du Champsaur, il fait beaucoup moins froid qu'hier, pour preuve nos tenues plus légères, et le groupe est au top de sa forme.P1160198 - CopieP1160207 - Copie
Après les bons desserts nous posons pour une belle photo au pied de la croix.

Retour vers le plateau de la Coche, qui par la piste, qui par des pentes plus amusantes où les figures acrobatiques de Jean-Claude ont amusé la galerie ! Arrivés aux voitures, nous laissons les sacs à dos pour une virée sur le plateau de la Coche inondé de soleil. Ce parcours éducatif nous renseigne sur l'hydrographie, la géologie, le paysage et le pastoralisme du Champsaur.
Perchés au bord des 1510m du plateau, nous observons la confluence du Drac Noir qui traverse les terres noires d'Orcières et du Drac Blanc qui traverse les roches cristallines de Champoléon, formant ainsi le Drac, affluent de l'Isère.P1160225 - Copie Comme de nombreuses montagnes, celle-ci voit l'augmentation de la végétation malgré le pastoralisme, les terres cultivables et l'habitat ayant de nos jours disparus à cette altitude. Les forêts de mélèzes, typiques des Alpes du Sud, servent autant à la production de bois qu'à l'herbage pour les troupeaux de moutons. La tradition ovine est très importante dans la vallée de Champoléon avec la foire aux tardons, agneau né en alpage et nourri au lait de sa mère et à l'herbe des alpages. qu'ils rejoignent à la période estivale. La transhumance, nous l'avons suivie avec grand plaisir une année en juin. Cet univers préservé fut en 2012 le théâtre du tournage écoresponsable de « Minuscule » qui raconte un conflit entre deux camps de fourmis pour une boîte à sucre.

Notre week-end se termine là... Nous avons passé d'excellents moments avec une météo merveilleuse et une équipe du tonnerre.

Merci à Bernard pour son organisation et le choix de ces deux superbes randos et à tous pour votre présence amicale et joviale.

Les 7 et 8 mars 2020

Michelle S

L'Agenda...

se_module_calendrier_108 - style=default - background=
<<   201908<20207 août 2020 >20209   >>202108
lun mar mer jeu ven sam dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
108202008

Liens

Statistiques

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
790
Hier :
771
Semaine :
2791
Mois :
4083
Total :
1481382
Il y a 4 utilisateurs en ligne
-
4 invités

Tous droits réservés 2013, les Verts Terrils - Mentions Légales